Rechercher
  • Burgueyre Pascal

Workaholisme

Dernière mise à jour : mai 1

Être impliqué de manière excessive dans le travail et tomber dans l'addiction, certains salariés franchissent le pas sans s'en rendre compte. Une dépendance trop peu connue du grand public qui est souvent due à une mauvaise intégration dans l’équipe de travail altérant sur la santé pouvant aller jusqu’à l’évolution d’un syndrome d'épuisement professionnel.

Le workaholisme est une addiction comportementale liée au travail. Les personnes touchées par cette addiction passent un temps excessif au travail, délaissant leur famille et leurs activités de loisirs, ce qui peut amener à des problèmes conjugaux et/ou familiaux.

La forte implication dans une entreprise est vue de manière favorable par la société car cette dépendance laisse paraître une implication personnelle dans la vie professionnelle. Ces personnes sont souvent vues comme des acharnés au travail et ainsi des personnes redoutables. Néanmoins, la vérité est tout autre. Il ne faut pas confondre « être un bon travailleur » et être dépendant. La dépendance au travail amène les personnes à devenir perfectionnistes consacrant un temps démesuré à certaines tâches. Ils sont très souvent insatisfaits de leur travail par peur de mal accomplir la tâche demandée. Ces personnes n’aiment pas le travail d’équipe et ont beaucoup de mal à déléguer les missions proposées. Ainsi quand une mission est accomplie, le besoin d’en obtenir une autre est omniprésente. Une envie omniprésente qui se fait ressentir par l’envie d’avoir encore plus de difficulté, encore plus de travail.

Les workaholiques perdent ainsi tout intérêt à ce qui ne touche pas la sphère professionnelle.

Plusieurs comportements types ont été identifiés : ils sont compulsifs, peu performants et toujours impatients par rapport aux rituels de l’entreprise et donc souvent en conflit dans le cadre de leur travail et de leurs missions…

Les symptômes de cette addiction au travail sont :

  • Ne compte pas ses heures de travail, que ce soit au bureau ou à domicile.

  • Il a du mal à déléguer et à entretenir des rapports apaisés avec ses collaborateurs.

  • Il a tendance à s’emporter facilement et à ne jamais être satisfait de son travail.

  • Il peine à s’absenter du bureau, ou à poser des jours de congé.

  • En général, sa productivité est en baisse. Il lance trop de projets en même temps et se retrouve surchargé.

  • S’isole peu à peu de ses collègues, de ses amis, et de sa famille.


18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout