Rechercher
  • Burgueyre Pascal

Les addictions dans le transport

L’image du routier qui buvait au restaurant et fumait dans son camion est désormais obsolète. D'après une étude en 2018, les conducteurs de poids lourds ne sont pas les plus grands consommateurs d’alcool et de drogue. Les contrôles ont très certainement joué un rôle déterminant.

Les entreprises sont mieux armées pour prévenir et prendre en charge les consommations à risques d’alcool, de tabac, de cannabis et de médicaments psychotropes, substances les plus consommées en milieu de travail. De plus, la consommation quotidienne d’alcool par la population française est en baisse. Les plus gros consommateurs d’alcool en milieu professionnel restent les salariés de la construction (33,2% en 2018) suivis de ceux des arts et spectacles (32,3% en 2018). Les salariés du transport se positionnent à la 6è place avec 23% (en 2018).


Il a également été remarqué une hausse globale des niveaux d’usage de cannabis et une petite hausse concernant la consommation de cocaïne. Le cannabis est la première substance illicite consommée, avec 44,8 % de personnes âgées de 18 à 64 ans déclarant l’avoir déjà essayé. Les salariés du transport en consomment peu aujourd’hui (5% contre 16,6% dans le spectacle et 13% dans la construction). Les contrôles de dépistage de substances psychoactives auprès de la population des routiers aient porté ses fruits alors par rapport il y a encore 10 ans. Par ailleurs, une seule consommation de cannabis peut être détectée jusqu’à deux semaines après la prise, les conducteurs routiers sont plus exposés aux contrôles sur route. Tous ces facteurs ont pu entraîner une baisse de la consommation de ces substances chez les routiers.

Le secteur du transport est peu consommateur de cocaïne.

7 vues0 commentaire