Rechercher
  • Burgueyre Pascal

L'alcool et le travail

Dernière mise à jour : 28 mai 2021


L’alcool est la substance psychoactive la plus consommée en France. En effet, l’alcool est consommé par une très large majorité de Français : en 2005, seul 7 % des 18-75 ans déclarent n’en avoir jamais bu. Il est consommé au moins une fois par semaine par 35 % et quotidiennement par 15 % de la population de cet âge.

Savez-vous que l'article R4228-20 du Code du travail stipule que seul la bière, le vin, le cidre et le poiré et l’hydromel non additionnée d’alcool, sont autorisés sur le lieu de travail ? Pourtant, il arrive encore bien souvent qu’un employé arrive sous l’emprise de l'alcool sur son lieu de travail.


Les conséquences sont néanmoins bien plus lourdes qu’une simple violation du Code du travail :

  • Un salarié chargé d’une livraison a été victime d’un accident de la circulation alors qu’il conduisait en état d’ébriété avec un taux d’alcoolémie très élevé, ayant même une bouteille d’alcool dans la cabine du camion.

  • Un auto-entrepreneur tue une dame de 73 ans lors d’un accident de voiture. Un choc frontale à été la cause de l’accident, l’individu avait ingéré une grande quantité d’alcool.

L’employeur ne doit pas laisser entrer ou séjourner une personne ivre sur le lieu de travail. Il peut également prendre des mesures pour un salarié qui est en état d'ébriété. L'employeur peut prouver l'ivresse d'un salarié en procédant à un contrôle d'alcoolémie si cette disposition est prévue par le règlement intérieur de l’entreprise. L'alcoolisme ne peut être un motif de licenciement, en revanche, l'état d'ébriété si.

Quels sont les bons comportements à adopter lorsque l’un de vos collègues arrive sur son lieu de travail en état d’ébriété ?


Les conduites à tenir face à un employé ayant un comportement suspect potentiellement lié à la consommation de substances psychoactives :

  1. La première chose à faire : assurer la sécurité de votre collègue. Ne jamais le laisser seul et rester à son écoute ; tenter de maintenir le dialogue.

  2. Ecarter le salarié de son poste de travail.

  3. Informer le sauveteur ou secouriste s’il en existe un.


Dans le cas d’un malaise :

  • Appeler le SAMU (15,112) ou les pompiers (18) après avis du sauveteur secouriste s’il en existe un.

  • Noter par écrit les instructions reçues par le médecin au téléphone et procéder aux mesures prescrites par le médecin.

  • Prévenir la famille ou un tiers.

Dans le cas d’un comportement agressif et peu contrôlable :

  • Demander un avis médical : médecin traitant, SAMU (15,112), noter par écrit les instructions reçues par le médecin au téléphone et procéder aux mesures prescrites par le médecin.

  • Appeler si nécessaire (salarié violent) la police ou gendarmerie (17).

  • Prévenir la famille ou un tiers.


Dans tous les cas :

  • Interdire le départ du salarié par ses propres moyens

  • Le faire accompagner par un tiers suivant les modalités définies dans le règlement intérieur et/ou note de service.

  • Ne pas le laisser seul à son domicile.

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout